Temps de lecture
1
min
poésie 2409LECTURES

Le premier baiser de l'amour

Arrière les fictions de vos romans imbéciles, ces trames de mensonges tissées par la Folie ! Donnez-moi le doux rayon d’un regard qui vient du cœur, ou le transport que l’on éprouve au premier baiser de l’amour.
Rimeurs, qui ne brûlez que du feu de l’imagination, dont les passions pastorales sont faites pour le bocage, de quelle heureuse source d’inspiration couleraient vos sonnets, si vous aviez savouré le premier baiser de l’amour !
Si Apollon vous refuse son aide, si les neuf sœurs paraissent vouloir s’éloigner de vous, ne les invoquez plus, dites adieu a la muse, et essayez de l’effet que produira le premier baiser de l’amour.
Je vous hais, froides compositions de l’art. Dussent les prudes me condamner et les bigots me désapprouver, je recherche les inspirations d’un cœur qui bat de volupté au premier baiser de l’amour.
Vos bergers, vos moutons, tous ces sujets fantastiques peuvent amuser parfois, mais ne pourront jamais émouvoir. L’Arcadie n’est, après tout, qu’un pays de fictions ; que sont ces visions-la, comparées au premier baiser de l’amour ?
Oh ! ne dites pas que l’homme, depuis sa naissance, depuis Adam jusqu’à nos jours, a été soumis a la loi du malheur ; il y a encore sur la terre quelque chose du paradis, et l’Eden revit dans le premier baiser de l’amour.
Quand l’âge aura glacé notre sang, quand nos plaisirs auront disparu, — car les années pour s’enfuir ont les ailes de la colombe — le souvenir le plus cher et qui survivra a tous les autres, celui que notre mémoire aimera le plus a se rappeler, c’est le premier baiser de l’amour.