Temps de lecture
6
min
poésie 91LECTURES

Satire XV

On sait, Volusius, à quels dieux ridicules
L’habitant de l’Égypte offre ses vœux crédules.
Là, devant un ibis de serpents engraissé,
Se prosterne en tremblant un vulgaire insensé ;
Ici fume l’encens aux pieds d’un crocodile ;
Plus loin, sur Thèbes en cendre, une foule imbécile,
Aux lieux où de Memnon l’airain frémit encor,
D’un œil respectueux contemple un singe d’or.
Ils honorent le chat, le poisson des rivières ;
Le chien est adoré par des cités entières,
Diane par personne ! et non moins vénérés,
Leurs poireaux, leurs oignons à leurs yeux sont sacrés ;
Y porter de la dent la plus légère atteinte,
Serait un sacrilège. O la nation sainte
A qui dans ses jardins il naît de pareils dieux !
Ils n’égorgeront pas, ces peuples odieux,
La chèvre ou l’animal qui nous donne sa laine ;
Mais ils se permettront des mets de chair humaine.
Quand chez Alcinous, d’étonnement frappé,
D’un crime de ce genre, à la fin du soupé,
Ulysse entretenait les vieillards de Corcyre,
Quelqu’un dut s’en fâcher, on du moins en put rire.
Quoi ! nous n’oserons pas dans les gouffres profonds,
Avec son Polyphème et tous ses Lestrygons,
Envoyer ce hâbleur, digne d’un tel supplice,
Et qu’en effet Charybde en ses flancs l’engloutisse ?
Nous croit-il à ce point dépourvus de bon sens ?
Sic aliquis merito nondum ebrius, et minimum qui
De Corcyæa temetum duxerat urna :
Solus enim hoc Ithacus nullo sub teste canebat.
Nos miranda quidem, sed nuper, consule Junio,
Gesta, super calidæ referemus mœnia Copti ;
Nos vulgi scelus, et cunctis graviora cothurnis.
Nam scelus a Pyrrha quanquam omnia syrmata volvas,
Nullus apud tragicos populus facit. Accipe nostro
Dira quod exemplum feritas produxerit ævo.
Inter finitimos vetus atque antiqua simultas,
Immortale odium, et nunquam amabile vulnus
Ardet adhuc Ombos et Tentyra. Summus utrinque
Inde furor vulgi, quod numina vicinorum
Odit uterque locus, quum solos credat habendos
Esse deos, quos ipse colit. Sed, tempore festo
Alterius populi, rapienda occasio cunctis
Visa inimicorum primoribus ac ducibus, ne
Lætum hilaremque diem, ne magnæ gaudia cœnæ
Sentirent, positis ad templa et compi ta mensis,
Pervigilique toro, quein nocte ac luce jaceatem
Septimus interdum sol invenit. Horrida sane
Passe pour sa Scylla, ses monstres mugissants,
Ses rochers dans les airs se heurtant sur sa tête,
Ses outres renfermant la foudre et la tempête,
Son Elpénor grognant avec ses matelots
Qu’un coup de sa baguette a changés en pourceaux.
Ainsi dut s’exprimer quelque habitant de l’île,
Dont le vin n’avait pas encore aigri la bile ;
Car ces faits merveilleux rapportés de si loin,
Ulysse n’en pouvait citer aucun témoin.

Pour moi, je vais conter un crime épouvantable,
Un crime sans exemple et pourtant véritable :
Le fait, sous Junius, arriva dans Coptos ;
C’est le crime d’un peuple ; et des plus noirs complots
Qu’ait jamais inventés la sombre Melpomène,
Aucun n’est comparable à cette horrible scène.
Quand vit-on en effet, depuis Deucalion,
Un forfait accompli par une nation ?
Écoutez donc ce trait de vengeance et de rage,
Ce trait dont la fureur n’appartient qu’à notre âge.

Entre les deux cités de Tentyre et d’Ombos,
Autrefois la discorde alluma ses flambeaux ;
Et depuis, une haine endurcie, implacable
A formé dans leur cœur un ulcère incurable.
De ces peuples rivaux le culte est différent,
Et chacun dans son zèle aveugle, intolérant,
Rendant à son voisin insulte pour insulte,
Croit qu’il n’est dû d’encens qu’aux objets de son culte.
Tel est de leur fureur le principe cruel.
Un jour que, préparant un banquet solennel,
Dans les temples sacrés, sur les places publiques,
Tentyre rassemblait ses tribus fanatiques,
Tout à coup dans Ombos on conçoit le dessein
De venir les troubler au milieu du festin,
Longue et bruyante orgie où la septième aurore,
À table quelquefois les retrouvait encore.
Sans doute ce canton n’est point civilisé ;
Mais si mes propres yeux ne m’ont point abusé,
En fait d’impurs plaisirs et de débauche extrême,
Il ne le cède pas à Canope elle-même.
Ajoutez que surpris, ivres et chancelants,
Tout secondait contre eux l’effort des assaillants.
Là, sans songer à rien, une foule en cadence,
Autour d’un noir flutteur, formant des chœurs de danse,
Des tables, des parfums, des guirlandes de fleurs :
Ici la haine à jeun méditant ses fureurs.
Des deux côtés d’abord, on s’échauffe, on s’outrage :
C’est, faute de clairon, le signal du carnage.
La main tient lieu de traits ; on se frappe à grands cris.
Tous les nez, tous les fronts sont cassés ou meurtris.
On ne voit plus partout que cervelle entamée,
Oreilles en lambeaux, mâchoire désarmée ;
Jeux d’enfants toutefois, ridicules débats !
Si personne ne meurt, à quoi bon ces combats ?
De la sédition armes plus familières,
Enfin de toutes parts volent, sifflent les pierres ;
Non point ces lourds rochers qu’aux jours de nos aïeux,
Se lançaient des héros, nobles enfants des dieux,
Un Turnus, un Ajax, et le fier Diomède,
Lorsque Enée appelait tout le camp à son aide.
Les pierres dont ce peuple emprunte le secours,
Sont telles qu’il les faut à des bras do nos jours.
La race des mortels décroît et dégénère.
Elle s’affaiblissait déjà, du temps d’Homère,
Et la terre, aujourd’hui, de ses flancs énervés
Ne produit que des nains frêles et dépravés.
Aussi, lorsque du haut de la voûte céleste,
Un dieu les voit aux mains, il rit et les déteste.

Mais revenons aux faits : tremblant, vaincu d’abord,
Le peuple de Tentyre a reçu du renfort.
Du glaive et de la flèche il s’arme avec audace,
Et le combat reprend une nouvelle face.
Bientôt les agresseurs cèdent de tout côté ;
Et tandis qu’à grands pas, l’un d’eux épouvanté,
Au milieu des fuyards, court et se précipite,
Il tombe. On se saisit du malheureux Ombite ;
Avide de ronger, de dévorer ses os,
On l’entoure, on l’égorge, on le coupe en morceaux.
L’airain tarderait trop à leur faim haletante,
Et d’un cadavre crû la troupe se contente.
Du moins le feu sacré qu’à la voûte des cieux
Déroba de Japet le fils audacieux,
Ce principe immortel dont il forma notre âme,
Ne fut point profané par cette horde infâme.
Ah ! je l’en félicite, et ce bonheur, je crois,
Volusius le sent, le partage avec moi.
Ne me demandez pas si le tigre farouche
Qui porta le premier ces lambeaux à sa bouche,
Trouva quelque plaisir à ce repas affreux ;
Jamais il ne goûta rien de plus savoureux ;
Et celui qui, trompé dans sa barbare joie,
Ne put avoir sa part de l’exécrable proie,
S’attachant au gazon et du doigt le pressant,
En exprima du moins quelques gouttes de sang.

Les Vascons, direz-vous, pour prolonger leur vie,
Jadis ont eu recours à ce festin impie ?
Oui, sans doute, ils l’ont fait ; mais la haine du sort,
Mais l’horreur de céder dans une guerre à mort,
Mais les derniers malheurs d’un siège impitoyable
Semblaient justifier ce repas effroyable.
Ils avaient englouti les herbes, les troupeaux,
Et jusqu’aux ossements des plus vils animaux.
Fantômes décharnés, errant sur leurs murailles,
La rage de la faim dévorait leurs entrailles :
Elle seule poussait leurs bras désespérés :
Et, s’ils se sont nourris de ces mets abhorrés,
Ce n’est que dans l’instant où, sourds à la nature,
Leur propre chair allait leur servir de pâture.
L’assiégeant attendri leur accorda des pleurs.
Et quel homme, quel dieu n’eût gémi des malheurs
D’un peuple que peut-être, en ces moments extrêmes,
Ceux dont il but le sang, excusèrent eux-mêmes ?
De Zénon, il est vrai, la sévère raison
Nous donne une meilleure et plus haute leçon ;
Si l’on peut à la mort tenter de se soustraire,
L’homme, pour l’éviter, n’a pas droit de tout faire ;
Mais ces dogmes, au temps de l’ancien Métellus,
Un barbare, un Cantabre, où les aurait-il lus ?
Maintenant la sagesse a des lois plus humaines ;
Partout brillent les mœurs et de Rome et d’Athènes ;
La Gaule a des Bretons fait un peuple orateur,
Et l’on parle à Thulé d’y gager un rhéteur !

Ces généreux Vascons, et le peuple indomptable
Qui, victime d’un siège encor plus lamentable,
S’immola dans Sagonte à la fidélité,
Ne cédèrent du moins qu’à la nécessité ;
Mais de l’Egyptien la fureur homicide,
Surpassa les forfaits du Palus-Méotide.
Là, dit-on, quand Diane, aux pieds de son autel,
Voit plonger le poignard dans le sein d’un mortel,
Son prêtre, satisfait du sang de la victime,
Par d’autres cruautés n’ajoute point au crime.
Qui força donc Tentyre à cette atrocité ?
Les menaces, l’aspect d’un vainqueur irrité ?
La disette, la faim, les horreurs d’un long siège ?
Qu’aurait osé de plus ce peuple sacrilège,
Si tout à coup le Nil, avare de ses flots,
A l’aride Memphis eût refusé ses eaux ?
Ce que ne fit jamais, dans l’ardeur du carnage,
Le Cimbre, le Teuton, l’Agathyrse sauvage,
Une horde sans nom, rebut du genre humain,
Qui, pour toute industrie, une rame à la main,
Sait guider, sur son fleuve, une conque de terre,
Le vil Égyptien n’a pas craint de le faire !

Quel supplice inventer, où trouver un tourment
Capable d’expier l’affreux égarement
D’un peuple aux yeux de qui la soif de la vengeance,
Autant que la famine a droit à l’indulgence ?
Le créateur pourtant, en nous donnant les pleurs,
Prouve qu’il a gravé la pitié dans nos cœurs.
Elle est du genre humain le plus beau caractère ;
C’est elle qui nous fait gémir sur la misère,
Sur le deuil d’un ami plongé dans la douleur,
Quand, sous un vêtement conforme à son malheur,
Pour défendre sa cause, il parait en justice ;
Ou que de son tuteur poursuivant l’avarice,
Un pupille encor vierge, et les cheveux épars,
Sur son sexe incertain attendrit nos regards.
Et lorsque nous voyons, d’un pas lent et tranquille,
S’avancer le convoi d’une fille nubile ;
Lorsque avant d’être mûr pour le fatal bûcher,
Tendre fleur qu’en passant la mort vient de toucher,
Un fils est déposé dans le sein de la terre,
Si nous sommes émus d’un trouble involontaire,
Si des pleurs, malgré nous, s’échappent de nos yeux,
De la nature encor c’est l’ordre impérieux.
Quel homme irréprochable et digne que sans crainte,
Cérès entre ses mains remit la torche sainte,
Insensible à l’aspect des misères d’autrui,
Peut croire qu’il en est d’étrangères pour lui ?
Entre la brute et nous s’il est quelque distance,
Tendre pitié, c’est toi qui fais la différence !
Oui, c’est pour obéir à ce doux sentiment,
Que nous avons du ciel reçu l’entendement,
Cet ineffable don qui rend l’homme capable
Et d’adresse aux dieux un culte raisonnable,
Et d’inventer les arts et de les cultiver.
Car jusqu’aux immortels lui seul peut s’élever ;
Différent en cela de la brute grossière
Qui végète, le front courbé vers la poussière.
Celui par qui le monde est sorti du chaos,
Ne donna que la vie aux autres animaux.
Il nous donna de plus une âme intelligente,
Afin que, se prêtant une main indulgente,
Les faibles et les forts unis par la bonté,
Pussent former les nœuds de la société.
C’est alors qu’on les vit, moins grossiers que leurs pères,
Déserter des forêts les sauvages repaires ;
Se rassembler, s’unir sous l’empire des lois,
Se bâtir des maisons, et, rapprochant leurs toits,
Goûter plus sûrement, sous un commun asile,
Les paisibles douceurs d’un sommeil plus tranquille.
C’est alors qu’on les vit, les armes à la main,
Se porter au secours d’un ami, d’un voisin,
Combattre à ses côtés et panser ses blessures ;
Ou vengeant en commun de communes injures,
Au bruit du même airain, près du même étendard,
Se défendre ou mourir sur le même rempart.

Aujourd’hui les serpents que leur instinct rassemble,
Moins féroces que nous, s’accordent mieux ensemble.
La bête en son espèce épargne au moins ses traits :
Près du tigre en fureur, le tigre habite en paix.
L’ours n’attaque point l’ours. Le sanglier sauvage
D’un autre sanglier n’éprouve point la rage :
Et le jeune lion, avec tranquillité,
Près d’un lion plus fort, repose en sûreté.
Hélas ! c’était donc peu que l’homme sacrilège,
De ses arts contre lui tournât le privilège !
Qu’en instruments de mort il changeât les métaux !
Lorsque, pour façonner la bêche et les râteaux,
Les forges sans relâche autrefois occupées,
Ignoraient l’art fatal d’aiguiser les épées !
C’était peu qu’un mortel égorgeât un mortel !
Il fallait, pour combler ce délire cruel,
Qu’un peuple tout entier, dans sa haine implacable,
Dévorât par lambeaux la chair de son semblable !
Que dirait Pythagore, où ne fuirait-il pas,
S’il voyait aujourd’hui de pareils attentats ?
Lui qui, dans sa sublime et douce bienveillance,
De tous les animaux épargnant l’existence,
S’abstenait de leur sang comme du sang humain,
Et ne permettait pas tout légume à sa faim.