Image de Juvénal

Juvénal

Ier - IIe siècle

Bien que sa vie soit mal connue, ses œuvres poétiques ont été rassemblées sous le titre de Satires. S'il commence à écrire très tard, sans doute vers l'âge quarante ans, c'est pour mieux dénoncer la dépravation des mœurs et des idées qui a lieu à Rome, que l'auteur se plaît à rendre en une langue acide, cruelle et bigarrée. Un seul constat : personne n'est épargné. Les Satires ont été copiées de nombreuses fois et beaucoup de manuscrits nous sont parvenus depuis le Moyen Âge.


Classique

Satire I

Me faudra-t-il toujours écouter sans répondre !
Sans pouvoir, sots lecteurs, à mon tour vous confondre !
Quoi ! Codrus s’enrouant jusqu’à perdre la voix,
M’aura de son... [+]


Recommandé Par Short Édition
Classique

Satire IX

D’où te vient, Névolus, cet air morne, abattu,
Plus triste que celui du Marsyas vaincu ?
Ravola, dans l’instant où, la barbe écumante,
Il fut surpris aux pieds de son impure... [+]


Classique

Satire III

De mon ancien ami, j’approuve le projet ;
Oui, quoique son départ me cause un vif regret,
J’approuve que, cherchant un solitaire asile,
D’un citoyen de plus il dote la Sibylle.
Cumes... [+]


Recommandé Par Short Édition
Classique

Satire VI

Oui, je le crois, du temps de Saturne et de Rhée,
On a vu la Pudeur sur la terre honorée,
Et même elle y put faire un assez long séjour,
Lorsque d’une caverne à peine ouverte au... [+]


Classique

Satire XV

On sait, Volusius, à quels dieux ridicules
L’habitant de l’Égypte offre ses vœux crédules.
Là, devant un ibis de serpents engraissé,
Se prosterne en tremblant un vulgaire... [+]


Classique

Satire II

Je fuirais volontiers dans le fond des déserts,
Sur les monts de la Thrace et par delà les mers,
Quand j’entends ces Scaurus, effrontés sycophantes,
Qui prêchent la pudeur et vivent en... [+]


Classique

Satire V

Si tu ne rougis pas du métier que tu fais:
Si la table d’autrui t’offre encor des attraits;
Si tu n’as pas cessé d’y voir le bien suprême;
Et ces dédains amers que chez Auguste... [+]


Classique

Satire X

Des plaines de l’Indus, aux campagnes du Tage,
Peu d’hommes, de l’erreur écartant le nuage,
Savent des biens réels discerner les vrais maux ;
Peu savent désirer, savent craindre à... [+]


Classique

Satire IV

Le voilà! c’est lui-même: oui, je le reconnais,
Et mes crayons souvent reproduiront ses traits;
C’est Crispinus, ce monstre énervé de délices,
Dont aucune vertu ne rachète les... [+]


Recommandé Par Short Édition
Classique

Satires

Soulève d’Annibal la dépouille funèbre :
Combien pèse aujourd’hui ce conquérant célèbre ?
Le voilà donc celui dont l’orgueil effréné,
Loin des cieux africaine follement... [+]


Classique

Satire VII

César seul est l’espoir, le soutien du talent;
Seul, en ce siècle ingrat, d’un regard bienveillant,
Il a rendu la vie aux Muses inquiètes,
Lorsqu’on voyait déjà nos plus fameux... [+]


Classique

Satire VIII

Qu’importe, Ponticus une illustre naissance?
Qu’importe d’étaler avec magnificence,
De ses aïeux rangés dans un ordre pompeux,
Les antiques portraits, les titres fastueux,
Les Scipions... [+]