Image de Jules Renard

Jules Renard

1864 - 1910

Voici l'homme de l'ironie fine. Les Hisoires naturelles et surtout Poil de carotte, aux nombreuses  adaptations cinématographiques, sont les textes qui le font accéder à une certaine notoriété. Le style de Renard est cruel, fouillé mais bref et aigu comme une aiguille. Son Journal est rédigé dans une langue acide qui ne manque pas de sel lorsqu'il dépeint ses contemporains. Il est parmi les jeunes auteurs qui fondent le Mercure de France et siégera à l'Académie Goncourt dans ses dernières années.


Classique

Le martin-pêcheur

Ça n'a pas mordu, ce soir, mais je rapporte une rare émotion.
Comme je tenais ma perche de ligne tendue, un martin-pêcheur est venu s'y poser.
Nous n'avons pas d'oiseau plus éclatant.
Il ... [+]

Classique

La chenille

Elle sort d'une touffe d'herbe qui l'avait cachée pendant la chaleur. Elle traverse l'allée de sable à grandes ondulations. Elle se garde d'y faire halte et un moment elle se croit perdue dans une ... [+]

Classique

Le bouc

Son odeur le précède. On ne le voit pas encore qu'elle est arrivée.
Il s'avance en tête du troupeau et les brebis le suivent, pêle-mêle, dans un nuage de poussière.
Il a des poils longs et ... [+]

Classique

La chèvre

Personne ne lit la feuille du Journal officiel affichée au mur de la mairie.
Si, la chèvre.
Elle se dresse sur ses pattes de derrière, appuie celles de devant au bas de l'affiche, remue ses ... [+]

Classique

Le nid de chardonnerets

Il y avait, sur une branche fourchue de notre cerisier, un nid de chardonnerets joli à voir, rond, parfait, tous crins au-dehors, tout duvet au-dedans, et quatre petits venaient d’y éclore. Je dis ... [+]

Classique

Les grenouilles

Par brusques détentes, elles exercent leurs ressorts.
Elles sautent de l'herbe comme de lourdes gouttes d'huile frite.
Elles se posent, presse-papiers de bronze, sur les larges feuilles du ... [+]

Classique

L'épervier

Il décrit d'abord des ronds sur le village.
Il n'était qu'une mouche, un grain de suie.
Il grossit à mesure que son vol se resserre.
Parfois il demeure immobile. Les volailles donnent des ... [+]

Classique

Le moineau

Assis sous les noisetiers du jardin, j’écoute les bruits que fait par ses feuilles, ses insectes et ses oiseaux, tout arbre qui ne se méfie pas.
Silencieux, inanimé à notre approche, il se ... [+]

Classique

Le corbeau

I
L’accent grave sur le sillon.
II
— Quoi ? Quoi ? Quoi ?
— Rien.
III
Les corbeaux passent sous un ciel bleu et sans couture. Tout à coup l’un d’eux ... [+]

Classique

Les lapins

Dans une moitié de futaille, Lenoir et Legris, les pattes au chaud sous la fourrure, mangent comme des vaches. Ils ne font qu'un seul repas qui dure toute la journée.
Si l'on tarde à leur jete ... [+]

Classique

La sauterelle

Serait-ce le gendarme des insectes ?
Tout le jour, elle saute et s'acharne aux trousses d'invisibles braconniers qu'elle n'attrape jamais.
Les plus hautes herbes ne l'arrêtent pas.
Rien ne ... [+]

Classique

Canards

I
C'est la cane qui va la première, boitant des deux pattes, barboter au trou qu'elle connaît.
Le canard la suit. Les pointes de ses ailes croisées sur le dos, il boite aussi des deux pattes ... [+]