Image de Judith Gautier

Judith Gautier

1845 - 1917

Fille de Théophile Gautier, elle n'a jamais eu à envier le talent de son père. Elle s'en démarqua nettement, en témoigne sa production abondante et son goût pour l'exotisme. Elle apprend le chinois grâce à un réfugié politique que son père héberge. Son style orientaliste, ses nombreux contes et les traductions auxquelles elle se livre, lui valent l'admiration des plus lettrés. Son salon est une véritable « académie asiatique », selon Remy de Gourmont, où l'on y croise aussi bien des Japonais vêtus à l’européenne et des mandarins en costume national. Sa correspondance avec Richard Wagner laisse penser qu'elle a été pendant une courte période sa maîtresse, ce qui est d'autant plus amusant lorsque l'on sait que son mari, le poète Catulle Mendès, était un fervent wagnéromane. Elle succède à Jules Renard à l'Académie Goncourt. Elle est également la première femme à y être admise.


Classique

Les seize ans de la princesse

Comme c’est l’hiver et qu’il fait froid, on a fermé, autour du prince, les panneaux de bois précieux, menuisés avec une minutie et un art incomparables, et cela rend toute petite la salle... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

L'étoile au cheveux d'or

Sous le firmament, qui resplendit d’étoiles, la vieille cité de Madian s’étend massive et sombre tout endormie. Quelques hautes tours, de blanches coupoles, ébauchent de vagues rondeurs... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Les danseuses du sultan Djogyakarta

Le Kampong javanais est tout enfermé dans une palissade de paille, et deux tourelles, coiffées de chaume, s’élèvent de chaque côté de la porte.
Un peu en avant de l’entrée, deux... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Le Livre de Thot

I
Le beau jeune homme courait le long du Nil, évitant les obstacles, écartant brusquement ceux qui gênaient son passage, soulevant des murmures, poursuivi quelquefois... [+]

Classique

L'éventail de deuil

Le philosophe Tchouan-Tse, un soir, rentra chez lui, très soucieux, et tenant à la main un éventail blanc.
Ce Tchouan-Tse avait été un des disciples favoris du... [+]

Classique

Le tapis des Mille et une Nuits

« Allahou Akbar ! Allahou Akbar ! Achadou an lâ ilâha’illâ llah ! »
Et tous les promeneurs de la rue du Caire lèvent le nez et s’arrêtent, cherchant d’où leu... [+]

Classique

Zuleïka

I
Le Nil coulait lentement, dans le silence de la nuit, entraînant le reflet brisé des larges étoiles qui tachaient l’éther obscur du ciel.
Et, pareille à un autre fleuve, une caravane... [+]

Classique

Leïla

C’était un fier adolescent, au beau visage, au bras fort, au cœur de héros, que Keïs, fils d’un khan illustre de la tribu des Amerites ; bien des jeunes filles le suivaient du regard... [+]

Classique

Bilkis

Saba, qui donna son nom au pays des Sabéens, dans l’Arabie méridionale, était arrière-petit-fils de Katan et troisième arrière-petit-fils de Noé. Il fut le quatrième aïeul du roi Zou-Chark... [+]

Classique

La favorite de Mahomet

Le prophète revenait victorieux d’une expédition contre les Mostalik ; on avait campé, le dernier soir, à peu de distance de Médine, et l’on s’était remis en marche avant le jour.
Au... [+]

Classique

L'entêtement de Zobeïde

Le khalife Haroun-el-Raschid joue aux échecs avec la sultane Zobeïde.
La partie est extraordinairement sérieuse, car les deux époux, profondément absorbés, le regard fixe, le sourcil froncé... [+]

Classique

Une favorite du Fils du Ciel

À Gabriel Deveria.
I
On avait établi le camp aux pieds de la Grande-Muraille de Chine, cette prodigieuse folie de six cents lieues de long, œuvre d’un empereur qui... [+]