Image de Judith Gautier

Judith Gautier

1845 - 1917

Fille de Théophile Gautier, elle n'a jamais eu à envier le talent de son père. Elle s'en démarqua nettement, en témoigne sa production abondante et son goût pour l'exotisme. Elle apprend le chinois grâce à un réfugié politique que son père héberge. Son style orientaliste, ses nombreux contes et les traductions auxquelles elle se livre, lui valent l'admiration des plus lettrés. Son salon est une véritable « académie asiatique », selon Remy de Gourmont, où l'on y croise aussi bien des Japonais vêtus à l’européenne et des mandarins en costume national. Sa correspondance avec Richard Wagner laisse penser qu'elle a été pendant une courte période sa maîtresse, ce qui est d'autant plus amusant lorsque l'on sait que son mari, le poète Catulle Mendès, était un fervent wagnéromane. Elle succède à Jules Renard à l'Académie Goncourt. Elle est également la première femme à y être admise.


Classique

Zuleïka

I
Le Nil coulait lentement, dans le silence de la nuit, entraînant le reflet brisé des larges étoiles qui tachaient l’éther obscur du ciel.
Et, pareille à un autre fleuve, une caravane ... [+]

Classique

Bilkis

Saba, qui donna son nom au pays des Sabéens, dans l’Arabie méridionale, était arrière-petit-fils de Katan et troisième arrière-petit-fils de Noé. Il fut le quatrième aïeul du roi Zou-Chark ... [+]

Classique

Leïla

C’était un fier adolescent, au beau visage, au bras fort, au cœur de héros, que Keïs, fils d’un khan illustre de la tribu des Amerites ; bien des jeunes filles le suivaient du regard ... [+]