Image de Joachim du Bellay

Joachim du Bellay

vers 1522 - 1560

Il fonde avec Pierre de Ronsard le groupe de la Pléiade, pour lequel il rédige un manifeste, Défense et illustration de la langue française, afin de faire du français une langue aussi noble que le latin, considéré jusqu'alors comme la langue des arts et du savoir. Déçu par l'échec d'un voyage diplomatique à Rome, et de retour en France, persécuté par des créanciers qui réclament sa maison en Anjou, il meurt subitement à 37 ans. Sa postérité se mesure jusque dans la chanson moderne avec le fameux Heureux qui comme Ulysse de Georges Brassens.

Classique

À son livre

Mon livre (et je ne suis sur ton aise envieux),
Tu t’en iras sans moy voir la Court de mon Prince.
Hé chétif que je suis, combien en gré je prinsse,
Qu’un heur pareil au tien... [+]


Classique

Les Regrets, « Sonnet 40 »

Un peu de mer tenait le grand Dulichien
D'Itaque séparé, l'Apennin porte-nue
Et les monts de Savoie à la tête chenue
Me tiennent loin de France au bord ausonien.
Fertile est mon séjou... [+]


Classique

Après avoir longtemps erré sur le rivage

Après avoir longtemps erré sur le rivage
Où l’on voit lamenter tant de chétifs de cour,
Tu as atteint le bord où tout le monde court,
Fuyant de pauvreté le pénible servage.
Nous autres... [+]


Recommandé Par Short Édition
Classique

Songe

I
C’était alors que le présent des dieux
Plus doucement s’écoule aux yeux de l’homme,
Faisant noyer dedans l’oubli du somme
Tout le souci du jou... [+]


Classique

Le poète courtisan

Je ne veulx point icy du maistre d’Alexandre
Touchant l’art poëtiq’ les preceptes t’apprendre :
Tu n’apprendras de moy comment joüer il fault
Les miseres des Roys dessus un... [+]


Classique

L'Idéal

Si nostre vie est moins qu’une journée
En l’eternel, si l’an qui fait le tour
Chasse nos jours sans espoir de retour,
Si perissable est toute chose née,
Que songes-tu, mon ame... [+]