Image de Jehan Rictus

Jehan Rictus

1867 - 1933

Jehan Rictus est le surnom de Gabriel Randon. Ce poète de la langue des faubourgs, faite d'argot et de parler populaire, chante la vie des simples, des pauvres, des ouvriers. Rictus a basé toute sa poétique sur l'oralité et le langage des petites gens qu'il nomme les « tits fans-fans ». Toute son œuvre se distribue en des plaquettes à faible tirage avant d'être collectée en volume. Malgré la prolifération des poètes de cabaret et d'artistes de boulevard, Jehan Rictus reste une voix unique : « J'm'en fous, j'n'connais pus d'contraintes : j'suis l'Homme Modern', qui pouss' sa plainte »...


Classique

Le piège

I
Les soirs de Mai, quand l’Ovréier
sort de l’usine ou d’ l’atéier,
libre et pas gai, sa jornée faite,
fourbu par le boulot du jour,
général’ment y rentr’ chez lui
comme... [+]

Classique

Impressions de promenade

Quand j’ pass’ triste et noir, gn’a d’quoi rire.
Faut voir rentrer les boutiquiers
Les yeux durs, la gueule en tir’lire,
Dans leurs comptoirs comm’ des banquiers.
J’ les... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Songe-mensonge

P’têt’ ben qu’un jour gn’aura du bon
Pour l’ Gas qui croit pus à grand’ chose,
Qu’ a ben sommeil, qu’ est ben morose
Et qui bourlingue à l’abandon ;
Pour l’ Gas qui... [+]

Classique

Espoir

Comment qu’ ça s’ fait qu’ les taciturnes,
Les fout-la-faim, les gars comm’ moi,
Les membr’s du « Brasero nocturne »,
Gn’en a pus d’un su’ l’ pavé d’... [+]

Classique

Prière

Oh ! mon Guieu, si vous existez,
Fait's moi vot' pus gracieux sourire,
J'en ai gros su' l' cœur à vous dire,
J' suis en vein' de sincérité !
J'ai été l' môme el' l' pauvr'... [+]

Classique

Crève-Cœur

Eun’ fois j’ai cru que j’ me mariais
Par un matin d’amour et d’ Mai ;
Il l’tait Menuit quand j’ rêvais ça,
Il l’tait Menuit, et j’ pionçais d’bout,
Pour m’ goure... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Les maisons des pauvres

N’empêch’ si jamais j’ venais riche,
Moi aussi j’ f’rais bâtir eun’ niche
Pour les vaincus... les écrasés,
Les sans-espoir... les sans-baisers,
Pour ceuss’ là qui z’en ont... [+]

Classique

La frousse

(Onze ans, six ans)
– « Hé ! tu dors pus ?... Caus’ moi, Mémaine...
Toi aussi t’ as h’entendu l’ coup ?
C’est h’encor Pepa qui rentr’ saoul :
y n’a... [+]

Classique

Berceuse pour un Pas-de-Chance

Do mon pétiot ; do ma tototte....
Te viens d’ t’effondrer su’ l’ crottoir
comme un bestiau à l’abattoir
ou comme un qui s’rait en ribotte.
V’lan ! Nib de fieu ... [+]