Temps de lecture
1
min
fable 186LECTURES

Le calife

Autrefois dans Bagdad le calife Almamon
Fit bâtir un palais plus beau, plus magnifique,
Que ne le fut jamais celui de Salomon.
Cent colonnes d’albâtre en formaient le portique ;
L’or, le jaspe, l’azur, décoraient le parvis ;
Dans les appartements embellis de sculpture,
Sous des lambris de cèdre, on voyait réunis
Et les trésors du luxe, et ceux de la nature,
Les fleurs, les diamants, les parfums, la verdure,
Les myrtes odorants, les chefs-d’œuvre de l’art,
Et les fontaines jaillissantes,
Roulant leurs ondes bondissantes
À côté des lits de brocart.
Près de ce beau palais, juste devant l’entrée,
Une étroite chaumière, antique et délabrée,
D’un pauvre tisserand était l’humble réduit.
Là, content du petit produit
D’un grand travail, sans dette et sans soucis pénibles,
Le bon vieillard, libre, oublié,
Coulait des jours doux et paisibles,
Point envieux, point envié.
J’ai déjà dit que sa retraite
Masquait le devant du palais.
Le visir veut d’abord, sans forme de procès,
Qu’on abatte la maisonnette ;
Mais le calife veut que d’abord on l’achète.
Il fallut obéir : on va chez l’ouvrier.
On lui porte de l’or. Non, gardez votre somme ;
Répond doucement le pauvre homme ;
Je n’ai besoin de rien avec mon atelier :
Et, quant à ma maison, je ne puis m’en défaire ;
C’est là que je suis né, c’est là qu’est mort mon père,
Je prétends y mourir aussi.
Le calife, s’il veut, peut me chasser d’ici,
peut détruire ma chaumière :
Mais, s’il le fait, il me verra
Venir, chaque malin, sur la dernière pierre
M’asseoir et pleurer ma misère ;
Je connais Almamon, son cœur en gémira.
Cet insolent discours excita la colère
Du visir, qui voulait punir ce téméraire,
Et sur-le-champ raser sa chétiye maison.
Mais le calife lui dit : Non,
J’ordonne qu’à mes frais elle soit réparée ;
Ma gloire tient à sa durée :
Je veux que nos neveux, en la considérant,
Y trouvent de mon règne un monument auguste ;
En voyant le palais ils diront : Il fut grand ;
En voyant la chaumière ils diront : Il fut juste.