Le chien qui lâche sa proie pour l'ombre

1 min
340
lectures
0

Fabuliste, moraliste, poète, La Fontaine traverse le Grand Siècle avec suffisamment d'esprit pour rester à l'écart de la Cour. Si dans les Fables il s'inspire très largement des textes du grec  [+]

Chacun se trompe ici-bas.
On voit courir après l’ombre
Tant de fous, qu’on n’en sait pas
La plupart du temps le nombre.
Au Chien dont parle Ésope il faut les renvoyer.
Ce Chien, voyant sa proie en l’eau représentée,
La quitta pour l’image, et pensa se noyer ;
La rivière devint tout d’un coup agitée.
À toute peine il regagna les bords,
Et n’eut ni l’ombre ni le corps.
0