Temps de lecture
1
min
poésie 45LECTURES

Il ny à si grossier qui ne connoisse bien

Il ny à si grossier qui ne connoisse bien
Devoir un jour mourir, & toutefois quant l’heure
De la mort est venue, il se tourmente, & pleure
Desireus de sa perte, & jalous de son bien.

N’a il pas bien faillu que pere & mere tien
Homme sans jugement, auparavant toy meure ?
Comment ? es tu ne seul à fortune meilleure
Sur lequel de la mort le trait ne puisse rien ?

Tous ceus qui devant toy ont veu l’œil de ce monde,
Ceus quiconque apres toy verront sa tresse blonde
Dans l’aveugle cercueil comme toy tomberont :

Telle est la loy de Dieu de tout peuple receue
Que toute voye aura une certaine issue,
En fin tu t’en iras ou toutes choses vont.