Temps de lecture
1
min
poésie 98LECTURES

À un enfant

Je hais, enfant, les apprêts Persiques ; les couronnes enlacées de tilleul me déplaisent ; ne cherche pas en quel lieu se rencontre la rose tardive.
Par un soin inutile n’ajoute rien au simple myrte. Le myrte ne messied, ni à toi qui me sers, ni à moi buvant sous la vigne recourbée.