À Néobulé

1 min
82
lectures
0

Les Satires d'Horace valent, entre autres, pour le répertoire de locutions et de formules qu'elles constituent. Sa langue, dense, parfois difficile, traduite fidèlement par le poète parnassien  [+]

Elles sont malheureuses, celles qui ne peuvent se livrer au jeu de l’amour, ni oublier leurs peines dans le vin, ou qui pâlissent, redoutant les coups de langue d’un oncle. L’Enfant ailé de Cythéréa t’a enlevé ta corbeille et tes toiles, Néobulé ; et la beauté d’Hébrus le Liparæen te fait négliger le souci de Minerve laborieuse, quand il baigne dans les eaux du Tibéris ses épaules huilées, meilleur cavalier que Bellérophon lui-même, et toujours invaincu au pugilat et à la course ; habile aussi à percer de traits les cerfs fuyant éperdus dans la plaine, et à recevoir sur l’épieu le sanglier caché sous le hallier.
0
0