Image de Georges Rodenbach

Georges Rodenbach

1855 - 1898

Cet auteur symboliste belge est lié de près ou de loin avec tous les gens de lettres de son époque, en Belgique et en France. Ses poésies et ses nouvelles sont bien accueillies. Bruges-la-Morte, son ouvrage le plus connu, est le premier roman à contenir des photographies en guise d'illustrations. Dandy, mais homme discret, il s'éteint le soir de Noël 1898. Les messages de condoléances sont innombrables et témoignent de l'influence de Rodenbach sur ses contemporains, dont Cézanne, Proust et Barrès parmi les plus connus.


Classique

Choses fatales

L’ai-je jamais aimée ou n’est-ce qu’un léger
Caprice qui m’a fait un moment fleurir l’âme ?
Ainsi dans les jardins, sous le soleil en flamme,
Les floraisons d’avril que le vent ... [+]

Classique

Fin du rêve

Au beau de notre amour elle s’est en allée
Comme une noce en blanc au lointain d’une allée,
Au beau de notre amour on a fermé le parc
Où nous marchions à deux sous les rameaux en ... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Le cœur de l’eau

I
Être le psychologue et l’ausculteur de l’eau,
Étudier ce cœur de l’eau si transitoire,
Ce cœur de l’eau souvent malade et sans mémoire.
L’eau si pâle ! On dirait une sœu ... [+]

Classique

Du silence

I
Silence : c’est la voix qui se traîne, un peu lasse,
De la dame de mon silence, à très doux pas
Effeuillant les lis blancs de son teint dans la glace ;
Convalescente à peine ... [+]

Classique

La pluie

Oh ! la pluie ! oh ! la pluie ! oh ! les lentes traînées
De fils d’eau qu’on dévide aux fuseaux noirs du Temps
Et qui semblent mouillés aux larmes des ... [+]

Classique

Dimanches

Morne l’après midi des dimanches, l’hiver,
Dans l’assoupissement des villes de province,
Où quelque girouette inconsolable grince
Seule, au sommet des toits, comme un oiseau de ... [+]

Classique

Promenade automnale

Lorsque j’ai travaillé, pensif, sur mon pupitre
Tout le jour, sans voir même éclater à la vitre
Le rayon tiède et clair du soleil automnal,
Je m’arrache parfois à mon logis banal
Et ... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Paysages de ville

I
Dans l’aurore s’éplore un octobre des pierres.
Le vent vindicatif, après tant de saisons,
– En des jours gris, des jours de souffrances plénières
Ébranle la langueur des anciennes ... [+]

Classique

Refuge dans l'art

Puisque l’Ennui suprême a plissé tous les fronts,
Puisque rien d’héroïque et rien d’incorruptible
N’est plus resté debout au-dessus des affronts
Et que l’Idéal meurt, le front su ... [+]

Classique

La passante

O toi qui t’en allais dans le soir taciturne
O toi qui t’en allais,
O toi qui remuais
De la tristesse en toi comme une eau dans une urne,
O toi dont la tristesse attira ma tristesse,
Nous ... [+]

Recommandé Par Short Édition