Temps de lecture
1
min
poésie 110LECTURES

De fureur, de souci, mon âme tourmentée

De fureur, de souci, mon âme tourmentée
Sous votre cruauté, désire contre un fer,
Caché dedans mon cœur, trébucher en l'enfer,
Pour s'aller rafraîchir en l'onde Achérontée :

Mais lors que de tel soin je la sens agitée,
Voulant dedans mon sang teindre un mortel acier,
Vos yeux tiennent ma main, et me font désirer
La vie que j'en ai heureusement sucée.

Et vous qui connaissez qu'avec toute puissance
Vous maîtrisez mon cœur, et cette belle essence,
Dont l'heureuse chaleur me fait vivre ici-bas,

Vous vous jouez de moi et d'une bonne grâce,
Cruelle, vous voulez ores que je trépasse,
Et puis changeant de front vous ne le voulez pas.