Lettre du 6 mai 1861

1 min
37
lectures
0

D'origine russe, Sophie Rostopchine, dite Comtesse de Ségur, fut la première femme auteur pour enfant. Le succès des Malheurs de Sophie n'a jamais cessé de grandir avec le temps, et l'on ne  [+]

Les Nouettes, 1861, 6 mai.

Depuis que tu es parti, mon cher petit Jacques, il fait un temps magnifique ; et pendant tes vacances, tu n’as pas eu une seule belle journée. Papa te cherche d’avance un bon petit cheval, bien sûr, pour les vacances ; il croit qu’au bout de 8 ou 10 jours, tu pourras venir seul aux Nouettes et te promener dans les environs. Je te recommanderai bien à la protection de la sainte Vierge, pour qu’elle te préserve de tout accident, ce qui ne m’empêchera pas d’être bien inquiète toutes les fois que tu monteras seul. Heureusement que tu es prudent à cheval comme à la chasse. Papa m’a dit l’éloge qu’avaient fait de toi le Père A. et le Père C. Tu juges si j’ai été contente...

Henri, qui va faire sa première communion jeudi 9, viendra aux Nouettes le 10... Ta tante de Malaret m’écrit que le pauvre Louis est maigre à faire pitié, depuis sa dernière maladie. Le bon air des Nouettes lui fera du bien ; il s’est toujours bien porté ici. Hier dimanche, c’était la fête d’Aube ; Paul et Françoise y ont fait les emplettes accoutumées : des pains d’épice, des sucres d’orge, des pipes à bulles de savon, des couteaux, des trompettes, etc. Ils déjeunent ici avec papa et maman.

Adieu, mon cher petit bien-aimé, je t’embrasse bien tendrement.

Grand’mère de Ségur.

0
0