Temps de lecture
1
min
lettre 32LECTURES

Lettre du 28 mars 1863

Paris, 1863, 28 mars.

Cher enfant, j’envoie une petite caisse qui contient les cahiers d’écriture que tu me demandes ; tu commenceras par le n° 1 blanc, puis 1 bis ; puis 1 grand cahier ; quand tu feras bien les 1, tu prendras 2, puis 3, puis 4. Il faut repasser avec de l’encre ce qui est en rouge ou en bleu. Maman te montrera ça ; il ne faut faire pour les premières pages que 2 ou 3 lignes par jour, sans quoi la main se fatigue et on écrit mal. Il y a quatre flacons de parfums que tu me demandes ; puis pour toi et pour Jeanne des petits cahiers de papier de couleur, et des petites enveloppes. Il y a un porte-monnaie-calepin pour Marguerite ; puis deux petits livres de messe pour toi et pour Jeanne ; enfin deux petites tasses pour toi et pour Marguerite qui n’en a pas. Louis s’ennuie beaucoup à Paris. Il ne va nulle part qu’aux Champs-Elysées voir Guignol.
Je suis triste de ne plus vous voir tous, mon cher amour Jacquot. Je ne vous verrai pas avant deux mois d’ici ; et comme je serai seule aux Nouettes, je viendrai vous voir souvent. Adieu, mon cher petit chéri... Je serai bien contente quand je pourrai t’embrasser.