Temps de lecture
1
min
lettre 35LECTURES

Lettre du 2 mai 1870

Kermadio, 2 mai 1870.

Mon cher petit Jacques..... je vais bien, mon cher petit ; je fais de longues promenades ; je pourrai aux vacances aller avec vous jusqu’à l’église, à pied. J’espère passer avec vous une grande partie de septembre, et te ramener, après tes vacances, à ton collège. Louis de Malaret a eu une heureuse chance, dont ta tante a été bien heureuse ; à cause de la grande épidémie de petite vérole qui règne à Vannes, la rentrée de Pâques a été reculée jusqu’au 4 mai : de sorte que Louis est encore ici jusqu’à mercredi. Ta tante partira pour Malaret vendredi ou lundi ; elle est désolée de quitter Louis, mais elle a la consolation de le laisser très heureux, aimant beaucoup les Pères, ses camarades, son travail, toute sa vie de collège, utile et réglée ; il a énormément gagné sous tous les rapports, et il s’est beaucoup fortifié de santé. Adieu, mon cher petit Jacques bien-aimé, je t’embrasse et je t’aime de tout mon cœur.

Grand’mère de Ségur.