Temps de lecture
1
min
lettre 38LECTURES

Lettre du 1er février 1861

Paris, ler février 1861.

Mon bon et cher petit Jacques, remercie bien M. Anneau de sa lettre et des détails intéressants qu’il me donne sur toi et tes occupatious. Je regrette de ne pas pouvoir arriver avec un immense ballon pour gagner la bataille ; mais je te chargerai de mes intérêts et je t’enverrai un gros ballon, le plus énorme qui puisse se fabriquer. Tu ménageras M. Anneau à cause de sa bonté ; contente-toi de lui faire des bosses sans blessures saignantes.....

Adieu, mon cher excellent petit Jacques, je t’embrasse bien tendrement... Je vais tâcher de trouver un énorme ballon... Adieu, mon petit chéri, je t’embrasse.

Grand’mère de Ségur.