Temps de lecture
1
min
lettre 44LECTURES

Lettre du 14 mars 1863

Cher amour,

J’irai te voir demain avec ton oncle Gaston ; je t’apporterai encore des noix. Les petits chiens ont crié comme des malheureux après ton départ : je croyais que c’était de chagrin, mais j’ai découvert que c’était la faim ; on avait oublié de leur donner à dîner à midi. J’ai chargé Joséphine Morel de leur porter à manger trois fois par jour. Adieu, mon cher petit chéri ; embrasse bien maman, papa, ma grosse Jeannette et mon excellente Margoton. Embrasse aussi ta bonne, et fais un petit salut à Léontine. Je t’embrasse bien fort et beaucoup de fois. Ton oncle et M. l’abbé t’embrassent avec Jeannet et Margoton.

Grand’mère de Ségur.

J’envoie douze petites poires pour vous et pour maman.

Paris, 1863, 14 mars.