Temps de lecture
1
min
lettre 42LECTURES

Lettre du 12 mai 1869

Kermadio, 12 mai 1869.

Je te remercie de ta lettre, cher enfant, et je te félicite de ta place de premier, conquise à la pointe de ton épée qui est ta plume et qui tue tous tes adversaires. On a beaucoup admiré ta jolie écriture et tu es embrassé par ton oncle, ta tante, Élisabeth, Henriette et le petit Armand. Ils ont tous bien envie de t’avoir à Kermadio. Et moi donc ! Si je t’avais ici avec Léon, que je serais contente !
Je vais très bien ; j’ai reçu hier une lettre de la maman qui a chez elle Madame X. et ses deux petits garçons, qui sont tellement gâtés, criards, batailleurs, insupportables que papa en est crispé, agacé, assommé. Adieu, mon cher petit chéri ; je t’embrasse comme je t’aime, de tout mon cœur. Il fait beau aujourd’hui ; j’espère que tu as eu une agréable promenade. Adieu, chéri.

Grand’mère de Ségur.