Temps de lecture
1
min
poésie 52LECTURES

Se demourez loing de moy longuement

Helas! m'amour, vous convient il partir
Et eslongnier de moy qui tant vous aim ?
Ce poise moy, s'ainsi est, car sentir
Me convendra, de ce soyez certain,
Trop de griefté jusqu'au retour.
En dueil vivray, en peine et en tristour,
Et me mourray de dueil certainement,
Se demourez loing de moy longuement.

Car vostre est tout mon cuer, sanz repentir,
Ne n'a nul bien sanz vous, ne soir, ne main,
Ne il n'est rien qui le feist alentir
De vous amer, tant fust malade ou sain ;
Et, comme en une forte tour,
Est enfermé en lui vo gent atour
Qui m'ocira, n'en doubtez nullement,
Se demourez loing de moy longuement.

Or me ditez, doulz ami, sanz mentir,
Quant revendrez. Pour le dieu souverain,
Ne demourez! car ce feroit martir
Mon povre cuer, qui n'a autre reclaim ;
Et ne m'oubliez par nul tour,
Loyal sovez, et loing et cy entour;
Car tant vous aim qu'il m'yra durement
Se demourez loing de moy longuement.