Temps de lecture
1
min
poésie 51LECTURES

Que ses joyes ne sont fors que droit vent

Qui trop se fie es grans biens de Fortune,
En verité, il en est deceü ;
Car inconstant elle est plus que la lune.
Maint des plus grans s'en sont aperceü,
De ceulz meismes qu'elle a hault acreü,
Trebusche tost, et ce voit on souvent
Que ses joyes ne sont fors que droit vent.

Qui vit, il voit que c'est chose commune
Que nul, tant soit perfait ne esleü,
N'est espargné quant Fortune repugne
Contre son bien, c'est son droit et deü
De retoulir le bien qu'on a eü,
Vent chierement, ce scet fol et sçavent
Que ses joyes ne sont fors que droit vent.

De sa guise qui n'est pas a touz une
Bien puis parler; car je l'ay bien sceü,
Las moy dolens! car la fausse et enfrune
M'a a ce cop trop durement neü,
Car tollu m'a ce dont Dieu pourveü
M'avoit, helas ! bien vois apercevent
Que ses joyes ne sont fors que droit vent.