Temps de lecture
1
min
poésie 88LECTURES

Qu'a tousjours mais je pleureray sa mort

Seulete m'a laissié en grant martyre,
En ce desert monde plein de tristece,
Mon doulz ami, qui en joye sanz yre
Tenoit mon cuer, et en toute leesce.
Or est il mort, dont si grief dueil m'oppresse,
Et tel tristour a mon las cuer s'amord
Qu'a tousjours mais je pleureray sa mort.

Qu'en puis je mais, se je pleure et souspire
Mon ami mort, et quelle merveille est ce ?
Car quant mon cuer parfondement remire
Comment souef j'ay vescu sans asprece
Trés mon enfance et premiere jeunece
Avecques lui, si grant doulour me mord
Qu'a tousjours mais je pleureray sa mort.

Com turtre sui sanz per qui ne desire
Nulle verdour, ains vers le sec s'adrece,
Ou com brebis que lop tache a occire,
Qui s'esbaïst quant son pastour la laisse;
Ainsi suis je laissiée, en grant destrece,
De mon ami, dont j'ay si grant remord
Qu'a tousjours mais je pleureray sa mort.