Temps de lecture
1
min
poésie 74LECTURES

Puis que Fortune m'est contraire

Se Fortune a ma mort jurée,
Et du tout tasche a moy destruire,
Ou soye si maleürée,
Qu'il faille qu'en dueil vive et muire,
Que me vault donc pestrir ne cuire,
Tirer, bracier, ne peine traire,
Puis que Fortune m'est contraire ?

Pieça de joye m'a tirée,
Ne puis ne fina de moy nuire,
Encore est vers moy si yrée,
Qu'adès me fait de mal en pire,
Quanque bastis elle descire,
Et quel proffit pourroye attraire,
Puis que Fortune m'est contraire?

Son influance desraée
Cuidoye tous jours desconfire,
Par bien faire a longue endurée.
Cuidant veoir aucun temps luire
Pour moy qui meseür fait fuire.
Mais riens n'y vault, je n'y puis traire,
Puis que Fortene m'est contraire.