Temps de lecture
1
min
poésie 79LECTURES

Ne me vueilliez, doulce dame, escondire

Dame sanz per, ou tous biens sont assis,
A qui m'amour j'ay trestoute donnee,
Corps gracieux de doulz maintien rassis,
Belle beaulté doulcement atournee,
Que j'aim et craim plus qu'autre chose née,
Apercevez que je n'ose
Parler a vous, ne conter mon martire;
Mais s'il m'esteut le dire a la parclose
Ne me vueilliez, doulce dame, escondire.

Car il a ja des ans bien près de six
Que j'ay en vous m'amour toute assenée,
N'oncques n'osay vous requerir mercis
Pour la paour que ne soiez tanee
De m'escouter, mais ne puis plus journee
La douleur qui est enclose
Dedens mon cuer endurer sanz le dire;
Mais se voyez que pour vous ne repose,
Ne me vueilliez, doulce dame, escondire.

Gentil cuer doulz, or soient adoulcis
Par vous mes maulz, et ma douleur sanée.
Car de plorer et plaindre je m'occis,
Ne je ne puis sanz mort passer l'année,
Se ma douleur n'est brief par vous finée.
Belle, plus fresche que rose,
Vo doulce amour demand que tant desire
Et quant ne vueil ne requier autre chose,
Ne me vueilliez, doulce dame, escondire.