Temps de lecture
1
min
poésie 52LECTURES

Et que jamais leur meschance ne fine

De tous les dieux dont Ovide parole
En ses dittiez qui amerent jadis
Tant, par amours qui tous les cuers afole,
Qu'ilz en vindrent ça jus de paradis,
Soient trestouz les faulz amans maudiz.
Je pri Pluto, Cerberus, Proserpine,
Que grant meschief ne leur soit pas tardis,
Et que jamais leur meschance ne fine.

Cupido pri le dieux d'amours qui vole,
Et Jupiter, Apollo, Palladis,
La grant Venus qui d'amours tient escole,
Que de leurs cours banis et entredis
Soient adès, et tous bien contredis,
Et qu'en leurs cuers mettent d'amours l'espine.
Et qu'ilz soient en tous lieux escondis,
Et que jamais leur meschance ne fine.

Et le dieu Mars qui pas ne porte escole,
Cil qui aïde en battaille aux hardis,
Vueille sur eulx descochier tel bricole,
Dont ilz gissent vaincus, maz, estourdis
L'honneur d'armes soit en eulx reffroidis,
Et pri Juno la deesse benigne
Que povreté et mal leur doint tousdis,
Et que jamais leur meschance ne fine.

Et s'oultremer s'en vont en ce tendis,
Le dieu de mer si trouble la marine
Qu'ilz y soient tous peris et laidis,
Et que jamais leur meschance ne fine.