Temps de lecture
1
min
poésie 57LECTURES

Doulce dame, je me rens a vous pris

Vostre beaulté, vo gracieux accueil,
A si mon cuer de vous enamoré,
Dame plaisant, et vo doulz riant oeil,
Que, se je n'ay vostre amour, je morré.
Prochainement, et fremir
Fait tout mon cuer quant vo beaulté remir ;
Tant suis forment de vostre amour espris,
Doulce dame, je me rens a vous pris.

Voiez comment pour vous de plours me mueil,
Par quoy vivre longuement ne porré
Pour l'amoureux mal dont si fort me dueil,
Que ja m'a près que mort et acouré.
Dame que je vueil cremir,
Aiez pitié de moy qui escremir
Ne puis vers vous, et com d'amer surpris,
Doulce dame, je me rens a vous pris.

Et trés plaisant cuer, gentil, sanz orgueil,
Doulz corsellet de moy trés aouré,
Je ne desir autre chose, ne vueil
Qu'un doulz baisier de vous assavoré;
Plus ne devryve gemir
Se du trés doulz viaire ou je me mir
Avoye ce ; mais se j'ay riens mespris,
Doulce dame, je me rens a vous pris.