Temps de lecture
1
min
poésie 48LECTURES

De faire ami, ne d'amer

Long temps a que je perdi
Tout mon soulas et ma joye,
Par la mort que je maudi
Souvent; car mis m'a en voye
De jamais nul bien avoir,
Si m'en doy par droit blasmer
N'oncques puis je n'oz vouloir
De faire ami, ne d'amer.

Ne sçay qu'en deux ne fendi
Mon cuer, du dueil que j'avoye
Trop plus grant que je ne di,
Ne que dire ne sçaroye,
Encor mettre en nonchaloir
Ne puis mon corroux amer ;
N'oncques puis je n'oz vouloir
De faire ami, ne d'amer.

Depuis lors je n'entendi
A mener soulas ne joye;
Si en est tout arudi
Le sentement que l'avoye.
Car je perdi tout l'espoir
Ou me souloie affermer.
N'oncques puis je n'oz vouloir
De faire ami, ne d'amer.