Temps de lecture
1
min
poésie 38LECTURES

Ce sera fort se je vif longuement !

Qu'en puis je mais, se je porte le noir,
Quant il convient qu'a tous mes plaisirs faille,
Puis qu'eslongner me fault le doulz manoir
Ou l'en ne veult plus que je viegne n'aille,
Dont mon cuer est entrez en grant bataille,
Qui de dueil est plus noirci qu'errement ;
Mais quant fauldra que tout bien me deffaille,
Ce sera fort se je vif longuement !

Ha ! ma dame, je me doy bien doloir,
Quant il convient que hors du païs saille
Ou vous estes, m'amour et mon vouloir ;
Ne pouoir n'ay que d'aultre riens me chaille ;
Tout autre amour je ne prise une maille ;
De vous venoit tout mon avancement.
Mais puis qu'Amours si pesant fais me baille,
Ce sera fort se je vif longuement !

En grant languour vivray et main et soir.
Que maudit soit qui telz morseaux me taille
Par quoy vous pers, dont mieulz vouldroie avoir
La mort briefment que vous perdre sanz faille ;
Car ou monde n'a dame qui vous vaille,
Ne de beaulté, ne de gouvernement.
De vous me part, las! je ne scay ou j'aille,
Ce sera fort se je vif longuement !