Temps de lecture
1
min
poésie 47LECTURES

Ce poise moy quant ce m'est avenu

Ce n'est pas drois que vous face priere
De moy amer; car mie n'apartient
Que nul amant dame d'amours requiere,
Car de l'amant ce communement vient.
Mais vraiement c'est grant duel s'il avient
Qu'on ait un tel pour ami retenu,
Qui loiaulté ne verité ne tient ;
Ce poise moy quant ce m'est avenu.

Et non obstant qu'a moy pas il n'afiere
D'en plus parler, puis qu'a vous n'en souvient,
Si ne me puis je encor tenir si fiere
Que ne die le dueil qui me survient.
Car le mien cuer pour mal content se tient
De vous trouver de vraye amour si nu,
Dont je voy bien retraire m'en convient;
Ce poise moy quant ce m'est avenu.

Trop me decut Amours par vostre chiere,
Qui demonstroit, mon cuer bien le retient,
Que m'amissiez de vraye amour entiere.
Et vrayement je croy que qui maintient
Tel trayson, pou de preu en retient ;
Mais je voy bien qu'il vous est souvenu
Moult pou de moy, mais puis que vous n'en tient,
Ce poise moy quant ce m'est avenu.