Temps de lecture
1
min
poésie 53LECTURES

C'est bien raison que me doye doloir

Il y a long temps que mon mal comença,
N'oncques despuis ne fina d'empirer
Mon las estat, qui puis ne s'avanca,
Que Fortune me voult si atirer
Qu'il me convint de moy tout bien tirer;
Et du grief mal qu'il me fault recevoir
C'est bien raison que me doye doloir.

Le dueil que j'ay si me tient de pieça,
Mais tant est grant qu'il me fait desirer
Morir briefment, car trop mal me cassa
Quant ce m'avint qui me fait aïrer;
Ne je ne puis de nul costé virer,
Que je voye riens qui me puist valoir.
Cest bien raison que me doye doloir.

Ce fist meseur qui me desavança,
Et Fortune qui voult tout dessirer
Mon boneür; car depuis lors en ça
Nul bien ne pos par devers moy tirer,
Ne je ne scay penser ne remirer
Comment je vif; et de tel mal avoir
C'est bien raison que me doye doloir.