A la parfin, ou toute riens repose

1 min
51
lectures
0

Christine de Pizan gagna sa vie en écrivant : elle fut la première femme à vivre de sa plume. Son chef-d'œuvre, La Cité des Dames illustres, est une allégorie où différentes figures  [+]

Si comme il est raison que chascun croie
En un seul Dieu, sanz faire aucune doubte,
Qui aux esleus son paradis ottroie
Et les pervers laidement en deboute,
Est il a tous neccessaire
De parvenir au souverain repaire
A la parfin, ou toute riens repose.

Dieux nous y maint trestous a la parclose !
Et non obstant qu'en peschié se desvoye
Tout cuer humain, et que je monde boute
En maint meffais, si doit on toutevoie
Soy retourner vers Dieu : car une goute
De larme fait a Dieu plaire
Le repentant, tant est trés debonnaire
Si est rescript en la divine prose.
Dieux nous y maint trestous a la parclose!

Si devons, tous et toutes, querir voie
De parvenir avec la noble route
Des benois sains, ou vit et regne a joye
Le trés hault Dieu, en qui est bonté toute,
Qui nous donra tel salaire,
Se nous voulons repentir et bien faire,
Ou joye et paix et grant gloire est enclose.
Dieux nous y maint trestous a la parclose !
0