Temps de lecture
1
min
poésie 78LECTURES

Au jeune Juventius

Ô toi, la fleur des Juventius, présents, passés et futurs ; j’aimerais mieux, pour mon compte, que tu eusses donné de l’or à ce misérable qui n’a ni valet ni cassette, que de te laisser aimer par un pareil gueux. – Quoi ! diras-tu, n’est-ce pas un fort joli homme ? – D’accord ; mais ce joli homme n’a ni valet ni cassette. Méprise, dénigre tant que tu voudras de tels avantages ; il n’en est pas moins vrai qu’il n’a ni valet ni cassette.