Temps de lecture
1
min
poésie 65LECTURES

À Licinius

Hier, Licinius, tous les deux de loisir, nous avons, comme nous en étions convenus, couvert mes tablettes de joyeux impromptus ; chacun de nous, s’escrimant en vers badins, traitait tantôt un sujet, tantôt un autre ; et, sous la double inspiration de la joie et du vin, payait tour à tour son tribut. Je t’ai quitté, Licinius, tellement enthousiasmé de ton esprit, de ta gaieté, que, loin de toi, tous les mets semblaient fades à ton malheureux ami : le sommeil ne pouvait fermer mes paupières ; mais agité dans mon lit d’une fureur que rien ne pouvait calmer, je me retournais dans tous les sens, appelant de mes vœux le retour de la lumière pour m’entretenir avec toi, pour jouir encore du bonheur de te voir. Mais, lorsqu’enfin, épuisé par cette longue lutte, je suis retombé presque mort sur mon lit, j’ai composé ces vers pour toi, mon aimable ami, pour t’exprimer tous mes regrets de ton absence. Tu peux maintenant te montrer hardi, et ne va pas, lumière de mon âme, dédaigner mes vœux, mes prières, ou crains que Némésis ne punisse ton orgueil : c’est une déesse redoutable ; garde-toi de l’offenser !