Temps de lecture
1
min
poésie 81LECTURES

À Lesbie III

Il est l’égal d’un dieu, il est plus qu’un dieu, s’il est donné à un mortel de surpasser les dieux, celui qui, assis près de toi, t’entend, te voit doucement lui sourire. Hélas ! ce bonheur m’a ravi l’usage de tous mes sens.
Dès que je te vois, ô Lesbie, j’oublie tout, ma langue s’embarrasse, un feu subtil circule dans mes veines, un tintement confus bourdonne à mon oreille, mes yeux se couvrent d’une nuit épaisse.
Catulle, l’oisiveté te sera funeste ; tu te plais dans l’inaction, elle a pour toi trop d’attraits ; avant toi l’inaction a perdu et les rois et les empires les plus florissants.