Temps de lecture
1
min
poésie 66LECTURES

À Cornificus

Cornificus, le malheur accable ton ami Catulle ; oui, certes, il est malheureux, il soutient une lutte pénible, et sa douleur s’aggrave sans cesse, de jour en jour, d’heure en heure. Et pas un seul mot de toi, qui lui offre la plus simple, la plus facile des condoléances ! Je m’emporte contre toi. Payer ainsi mon amour ! Je t’en supplie, seulement quelques paroles de consolation, mais qu’elles soient plus touchantes que les élégies de Simonide.