Ô saisons, ô châteaux

1 min
169
lectures
0

Lui, le « voyant », renonce très tôt à l'écriture. Toute son œuvre est condensée en six années, de 1869 à 1875. Si l'on a tous en tête les titres de ses poèmes : « Le Bateau ivre »  [+]

Ô saisons, ô châteaux,
Quelle âme est sans défauts ?

Ô saisons, ô châteaux !

J’ai fait la magique étude

Du bonheur, que nul n’élude.

Ô vive lui, chaque fois,

Que chante le coq gaulois.

Mais je n’aurais plus d’envie,

Il s’est chargé de ma vie.

Ce charme ! il prit âme et corps, 

Et dispersa tous efforts.

Que comprendre à ma parole ?
Il fait qu’elle fuie et vole !

Ô saisons, ô châteaux !
0