La chambrée de nuit

1 min
262
lectures
0

Lui, le « voyant », renonce très tôt à l'écriture. Toute son œuvre est condensée en six années, de 1869 à 1875. Si l'on a tous en tête les titres de ses poèmes : « Le Bateau ivre »  [+]

Rêve
On a faim dans la chambrée −
C'est vrai...
Émanations, explosions. Un génie :
« Je suis le gruyère ! » −
Lefèbvre « Keller ! »
Le génie « Je suis le Brie ! » −
Les soldats coupent sur leur pain :
« C'est la vie ! »
Le génie. − « Je suis le Roquefort ! »
− « Ça s'ra not' mort !... »
Je suis le gruère
Et le Brie !... etc.
Valse
On nous a joints, Lefèbvre et moi, etc.
0