Les marcheuses

1 min
135
lectures
0

Chansonnier emblématique, Aristide Bruant devient rapidement une vedette des cafés-concerts et des cabarets parisiens. Il chante les quartiers populaires dans une veine argotique et réaliste. Il  [+]

A’s sont des tas
Qu’ont pus d’appas
Et qui n’ont pas
L’sou dans leur bas.

Pierreuses,
Trotteuses,
A’s marchent l’soir,
Quand il fait noir,
Sur le trottoir.

Les ch’veux frisés,
Les reins brisés,
Les seins blasés,
Les pieds usés.

Pierreuses,
Trotteuses,
A’s marchent l’soir,
Quand il fait noir,
Sur le trottoir.

A’s vont comm’ ça,
Par-ci, par-là,
En app’lant l’ a-
-mour qui s’en va...

Pierreuses,
Trotteuses,
A’s marchent l’soir,
Quand il fait noir,
Sur le trottoir.

A’s ont pus d’ pain,
Car le chopin
N’est pas rupin...
C’est du lapin.

Pierreuses,
Trotteuses,
A’s marchent l’soir,
Quand il fait noir,
Sur le trottoir.

A’s ont pus d’ feu,
A’s pri’nt l’bon Dieu
Qu’est un bon fieu
D’ chauffer leur pieu.

Pierreuses,
Trotteuses,
A’s marchent l’soir,
Quand il fait noir,
Sur le trottoir.

Christ aux yeux doux,
Qu’es mort pour nous,
Chauff’ la terre oùs-
-qu’on fait leurs trous.

Pierreuses,
Trotteuses,
A’s marchent l’soir,
Quand il fait noir,
Sur le trottoir.
0
0