Temps de lecture
1
min
poésie 68LECTURES

Il est doux d’aimer faiblement

il est doux d’aimer faiblement,
Quand, ayant vaincu sa puissance,
L’amour dès son commencement
Ressemble à la convalescence.

Quand on songe à ce qu’eût été
Cette tempête meurtrière,
Et qu’à présent, malgré l’été,
Malgré la chaleur, la lumière,

Malgré la musique, malgré
Ce point fascinant d’un visage,
On a doucement enterré,
Entre l’ardeur et le courage,
– Noirs cyprès d’un clair paysage
Le désir dans un tombeau sage...