Temps de lecture
1
min
poésie 54LECTURES

En vain la peur d’un joug tendre et fatal

En vain la peur d’un joug tendre et fatal
Vient m’adjurer d’être de toi guérie :
Un corps, aimé est comme un lieu natal,
Un vif amour est comme une patrie !

Je ne veux plus occuper ma raison
À repousser ta permanente image.
J’attends ! – Parfois la plus chaude saison
Boit la fraîcheur du survenant orage.

– Mais quand ma vie au souhait insistant
Est par ta voix jusqu’aux veines mordue,
J’arrache un cri à mon cœur haletant,
Comme un poignard dont la lame est tordue...