Temps de lecture
3
min
nouvelle 130LECTURES

Abus de pouvoir

Lorsque je fus parvenu, ma chère Hélène, à l’âge où les jeunes hommes choisissent leur carrière, j’hésitai longuement entre l’état ecclésiastique et la chapellerie.
J’aurais bien voulu me faire prêtre, rapport à la confession, mais, pour des motifs qu’on trouvera développés tout au long dans un petit opuscule de moi, récemment paru chez Gauthier-Villars, la chapellerie ne laissait pas que de me taper violemment dans l’œil.
Si violemment, qu’en fin de compte, j’optai pour cette profession.
La vieille tante qui m’a élevé s’informa d’une bonne maison où je pusse sucer le meilleur lait des premiers principes, et, à quelques jours de là, j’entrais, en qualité de jeune commis, chez MM. Pinaud et Amour, rue Richelieu.
La maison Pinaud et Amour se composait, à cette époque, comme l’indique son nom, d’un nommé Pinaud et d’un nommé Amour.
Mes nouveaux patrons me prirent tout de suite en amitié.
Le fait est que j’avais tout pour moi : physique avantageux, manières affables, vive intelligence des affaires, de la conversation, aperçus ingénieux, vives ripostes, et (ce qui ne gâte rien) une probité relative ou à peu près.
Avec cela, musicien, doué d’une voix de mezzo-soprano d’un charme irrésistible.
N’oublions pas, puisque nous sommes sur ce chapitre, et bien que la chose ne comporte qu’un intérêt indirect, ma peu commune aptitude aux sciences physiques et naturelles.
MM. Pinaud et Amour semblaient enchantés de leur nouvelle recrue et me traitaient avec une foule d’égards.
Bref, les choses marchaient comme sur Déroulède, quand arriva le 14 juillet.
Je ne sais si vous l’avez remarqué, mais, le 14 juillet, il y a beaucoup de petits bals publics installés sur les places et carrefours de Paris.
Je dis des petits bals publics, je ne sais pas pourquoi, car il y en a aussi des grands, ce qui était le cas de celui qui s’accomplissait, cette année-là, place de la Bourse.
On ferma le magasin à midi et les patrons donnèrent campo à leurs employés.
Tudieu ! messeigneurs, quel entrain, quelle vaillance !
Oh ! les tailles qui s’abandonnent entre les bras d’acier !
Oh ! les tendres aveux murmurés entre gens qui ne se connaissaient pas le matin !
14 juillet ! Sois à jamais bénie, date sacrée, car tu fais gagner joliment du temps aux amoureux et même aux autres.
Je me souviendrai longtemps que ce fut ce jour-là que je connus les deux premiers journalistes de ma vie.
Il s’agit de M. Mermeix, alors rédacteur au Gaulois, et de M. Mayer-Lévy (israélite, je crois).
Cette jolie fête faillit être gâtée par un accident regrettable : un petit garçon, voulant attraper les cymbales, se hissa sur l’estrade des musiciens. Le pied lui manqua, et voilà mon bonhomme par terre.
Malheureusement, les cymbales glissèrent également et firent au jeune imprudent une assez forte bosse au front.
Pendant qu’on l’emportait chez un pharmacien, une jeune fille me demanda :
— Qu’y a-t-il donc ?
— Oh ! rien, fis-je.
Et, parodiant un vers bien connu de notre grand poète national, j’ajoutai plaisamment :
— L’enfant avait reçu des cymbal’ sur la tête.
Sans s’émouvoir, et du tic au tac, la jeune fille répondit sur le même ton que moi :
— Il aimait trop les cymbales, c’est ce qui l’a tué.
J’admirai tant d’esprit et de sang-froid chez une frêle jeune fille (elle était frêle) et je lui vouai sur l’heure la plus ardente des flammes.
(Ne froncez pas votre sourcil, Hélène, à ce lointain souvenir. Vous savez bien que je n’aime que vous. D’ailleurs, vous verrez par la suite que mes relations avec la frêle jeune fille demeurèrent des moins effectives.)
La frêle jeune fille (ai-je dit qu’elle était frêle ?) s’appelait Prudence.
Elle ne mit aucune mauvaise grâce à déclarer qu’elle me trouvait assez conforme à son genre d’idéal, et nous voilà les meilleurs amis du monde.
Fort avant dans la nuit et après avoir dansé, tels des perdus, je reconduisis Prudence chez sa maman.
Mais elle avait mon adresse, et mille fois par jour, elle passait et repassait devant mon magasin.
Moi, je me sentais bien content, bien content.
Le dimanche suivant, c’était convenu, Prudence devait couronner ma flamme.
Mais le fameux dimanche suivant, au moment où j’allais sortir, après avoir mis ma plus belle cravate, mon second patron, M. Amour, me demanda :
— Où allez-vous, Émile ?
— Mais... je sors.
— Vous ne sortirez pas.
— Si, je sortirai !
— Non, vous ne sortirez pas, il y a de l’ouvrage.
— Si, je sortirai !
Et M. Amour m’empoigna et me fit rentrer dans l’arrière-boutique.
À ce moment, je n’avais pas encore acquis cette prodigieuse robustesse qui a fait de moi la Terreur de Clichy-Levallois.
La rage au cœur, je me débattis, mais vainement. M. Amour me tenait d’une poigne de fer.
Pendant ce temps-là, Prudence filait avec Dieu sait qui, car on ne l’a jamais revue.
Amour, Amour, quand tu nous tiens, on peut bien dire : Adieu Prudence !