Image de Alfred de Vigny

Alfred de Vigny

1797 - 1863

Durant sa jeunesse, Alfred de Vigny fréquente les auteurs romantiques et les avant-gardes. Son œuvre majeure publiée après sa mort, Les Destinées, a été accusée du trop-plein de philosophie qu'elle contenait. Si l'appréciation de Vigny varie fortement, il n'en reste pas moins que certains de ses poèmes sont les plus beaux de ce que le romantisme français a pu produire. Il est également un des initiateurs du roman historique. Il publie peu tout au long de sa vie mais reste proche du monde littéraire : il sera témoin de Victor Hugo lors de son mariage avec Adèle Foucher. Son goût pour les femmes de ses amis est longtemps resté secret. Il subira cinq refus de la part de l'Académie avant d'y entrer, en 1845.


Classique

L'esprit parisien

Esprit parisien ! démon du Bas-Empire !
Vieux sophiste épuisé qui bois, toutes les nuits,
Comme un vin dont l’ivresse engourdit tes ennuis,
Les gloires du... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Le bal

La harpe tremble encore et la flûte soupire,
Car la Walse bondit dans son sphérique empire ;
Des couples passagers éblouissent les yeux,
Volent entrelacés en cercle gracieux,
Suspendent... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Le bain d'une dame romaine

Une Esclave d'Egypte, au teint luisant et noir,
Lui présente, à genoux, l'acier pur du miroir ;
Pour nouer ses cheveux, une Vierge de Grèce
Dans le compas d'Isis unit leur double... [+]

Classique

L'âge de l'avenir

Le rideau s’est levé devant mes yeux débiles,
La lumière s’est faite et j’ai vu ses splendeurs ;
J’ai compris nos destins par ces ombres mobiles
Qui se peignaient en noir sur de... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

L'âge d'or de l'avenir

Le rideau s'est levé devant mes yeux débiles,
La lumière s'est faite et j'ai vu ses splendeurs ;
J'ai compris nos destins par ces ombres mobiles
Qui se peignaient en noir sur de vives... [+]

Classique

La mort du loup

I
Les nuages couraient sur la lune enflammée
Comme sur l'incendie on voit fuir la fumée,
Et les bois étaient noirs jusques à l'horizon.
Nous marchions sans parle... [+]

Classique

Le malheur

Suivi du Suicide impie,
A travers les pâles cités,
Le Malheur rôde, il nous épie,
Prés de nos seuils épouvantés.
Alors il demande sa proie ;
La jeunesse, au sein de la... [+]

Classique

Paris

(extrait)
- Prends ma main, Voyageur, et montons sur la Tour. -
Regarde tout en bas, et regarde à l'entour.
Regarde jusqu'au bout de l'horizon, regarde
Du nord au sud. Partout où ton oeil se... [+]

Classique

La neige

I
Qu'il est doux, qu'il est doux d'écouter des histoires,
Des histoires du temps passé,
Quand les branches d'arbres sont noires,
Quand la neige est épaisse et charge un sol... [+]

Classique

Les destinées

Depuis le premier jour de la création,
Les pieds lourds et puissants de chaque Destinée
Pesaient sur chaque tête et sur toute action.
Chaque front se courbait et traçait sa journée,
Comme... [+]

Classique

Le Mont des Oliviers

I
Alors il était nuit et Jésus marchait seul,
Vêtu de blanc ainsi qu'un mort de son linceul ;
Les disciples dormaient au pied de la colline.
Parmi les oliviers qu'un vent sinistre... [+]

Classique

Le cor

I
J'aime le son du Cor, le soir, au fond des bois,
Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois,
Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille,
Et que le vent du nord porte de... [+]