Image de Vrac

Vrac

Si je savais dessiner, je peindrais des paysages mélangés, réels ou fictifs, naturalistes ou intérieurs, imaginaires ou malaxés par la mémoire. Ah, je les vois si bien ! Mais comme je ne sais pas dessiner, je m'efforce de les décrire...

700 abonnés

Très très courts

Que d'émotions

J’ai le sommeil lourd comme un édredon. Pourtant, ce matin de mars, un tintamarre de pétales tombant sur la neige du jardin m’éveilla en sursaut. La lente cavalcade des nuages, où tintaient... [+]


Finaliste - Public Grand Prix Hiver 2020
Très très courts

Vertige

Malgré les casques antibruit qu’on nous donne, je m’abrutis tout au long du jour dans un tintamarre de marteaux-piqueurs, de tunneliers, de crissement des rails. C’est un monde souterrain où... [+]


Finaliste - Public Grand Prix Automne 19
Très très courts

La Rose des Vents

Mes amis poètes et moi goûtons peu la poésie élégiaque, encore moins la poésie jérémiaque. Pourtant ce n’est pas la matière qui manque, nous pourrions brailler des complaintes la nuit... [+]


Très très courts

OM-Reims

Samedi soir je suis allée avec Marcel au Vélodrome. J’essaie de l’arracher au baby-foot, avec l’idée de refaire ma vie avec lui, ça et d’ouvrir à la charcuterie un rayon de pans-bagnats... [+]


Nouvelles

En cours de français

Un cauchemar m’a réveillé ce matin. Julie Fabiani, notre professeur de Lettres, était entrée dans mon sommeil à la façon du vent lorsqu’il tourne autour des cumulus avant l’orage, cognant... [+]


Très très courts

L'herbier d'un géant

La rue était étroite, longue, humide et obscure. Je l’arrachai délicatement, prenant soin de ne pas abîmer les racines, fasciculées notai-je. Ou adventives, regardons mieux. J’observai un... [+]


Très très courts

Un week-end d'anthologie

Lundi soir, ma femme me lâche tout à trac au cours du dîner : «  Au fait, je croyais que tu devais t'en occuper ce week-end. » Je sais trop bien ce dont elle parle, et je me repens... [+]