Image de Pivoine

Pivoine

J'écris par principe. Pour rendre compte d'un sourire. Pour que les mots prennent d'autres sens. J'écris en embuscade, en brise-lame, dans l'impatience. J'écris parce que je suis vivante. J'écris sur l'obscénité de nos barbaries. Dans l'obstination. J'écris à petits pas.
Pour m'accorder un peu d'indulgence.
Seule et multipliable.

137 abonnés


À LA UNE
Très très courts

Des murs...

Cela se passe dans une ville où rien n’est semblable à rien. Ou plutôt tout est tellement pareil que rien... Comment je m’en sors ?
Dans cette ville donc, les gens sont gris parce que... [+]

Qualifié La Matinale en cavale 5ème édition - Très très courts
Poèmes

Si près

Là-bas, les champs sont immenses,
mon regard se perd jusqu’à la nuit
qui m’entraîne plus loin que l’ivresse,
sur les... [+]

Qualifié La Matinale en cavale 5ème édition - Poèmes
Poèmes

Désir

Il n’y a rien à dire dans ce chaos de lune et de ciel.
Rien de cette nuit où les chants s’abîment
Entre les murs et... [+]

Qualifié Grand Prix Eté 2017
Poèmes

Ce jour-là...

Je t’ai su au murmure de l’aube.
Incidemment.
La nuit suspendait sa traîne aux derniers souffles des chimères,
le bleu... [+]

Qualifié Prix Saint-Valentin 2017 - Poèmes
Poèmes

Vers l'absence

D’abord ses petits carnets. Noter le jour, le temps qu’il fait, l’antécédent du jeu, l’imparfait du passé. Les regrets... [+]

Poèmes

Vague abordage

Mes mots se hasardent où les sentiers se perdent
poursuivant les méandres de contrées inconstantes.
Une débauche de lianes... [+]

Finaliste - Jury La Matinale en cavale 4ème édition - Poèmes
Poèmes

Il pleut de l'amour

Il pleut de l'amour
tes yeux noisette éternisent
nos accords cambrés

Finaliste - Jury Prix Haikus Automne 2016