Image de Philippe Mangion

Philippe Mangion

j'écris la nuit, de minuit à 3h du matin environ. J’ai une idée précise de la trame du roman en cours, j’en suis un fil conducteur. Les impressions récoltées, de ma vie ou des vies qui me sont racontées, de l’observation des autres, ressortent, triées par le grand lessivage de ma mémoire peu efficiente, souvent sous des formes inattendues.
Mon blog : www.chaines-de-caractere.com

174 abonnés


À LA UNE
Nouvelles

Mon suicide était presque parfait

Je n’avais plus aucune issue, les angoisses ne s’arrêteraient pas et le temps arrivait où je ne les supporterais plus. Jusqu’à présent, elles m’envahissaient pendant quelques jours, une... [+]


Nouvelles

Dans la toile

Florence rentrera tous les soirs à Abbeville, ils ont décidé comme ça. Avec l’abonnement, ça revient moins cher que l’hôtel. Et deux heures porte à porte, pour une semaine de stage, c’est... [+]


Très très courts

La migraine d’Arthur Rubinstein

Ce matin-là, Arthur s'était réveillé avec un mal de tête très handicapant. Mais il était impossible d’annuler le concert. Vous imaginiez les titres des journaux du monde entier.
Les... [+]


Nouvelles

Sang d’encre

- Monique, vous m’avez dit combien de temps pour aller à la mairie en moto-taxi ?
- Une petite demi-heure, monsieur.
- Bon, comptons une heure, on ne sait jamais. L’heure limite pou... [+]


Qualifié Grand Prix Printemps 2016
Nouvelles

Faubourg-Saint-Denis

Dans ma rue, les hipsters en terrasse ont la même barbe que les religieux, mais des chemises plus branchées. Le vendredi soir, des étudiantes habillées sexy sortent de la mosquée au milieu de la... [+]


Très très courts

Un soir de juin, à Nice

- Allez, Lola, viens pour une fois, tu sors jamais !
- Tu sais bien comment ça se passe. C’est toujours la même chose. Je bois pas, je fume pas, je sniffe pas. Alors, au bout d’une... [+]


Qualifié Grand Prix Printemps 2016
Poèmes

After

Le silence, c’est le froid qui me saisit à la sortie du Rex-Club, ce sont ces acouphènes qui ne faiblissent pas.
Le silence... [+]


Très très courts

Don Juan se ronge les sangs

23 h 30, le barnum démarre. Prends-toi une vodka, il reste aussi un fond de jus d’ananas, ça passera mieux. C’est l’heure où elle se couche, il va lui sauter dessus, ce mec est un vrai... [+]


Finaliste - Jury Grand Prix Hiver 2016
Très très courts

L’aveugle et l’enfant

Un vieil homme aveugle attend au bord du trottoir, un enfant s’approche de lui.
Il a pris ma main et nous nous sommes élancés. Le fleuve impétueux a suspendu ses stridulations. Nous avons... [+]


Poèmes

Une fin de saison

C’est ta silhouette qui avance très loin sur la surface démesurée de l’estran. C’est un point qui s’en détache et... [+]


Très très courts

La fille de l'autoroute

Nous étions en juillet 88, je rejoignais Dijon en voiture, pour une semaine de vacances ritualisée chez mes parents. Je roulais sous une pluie battante, et comme chaque début d’été de ces... [+]