Mathéo Feray

Pour me retrouver : noirceur652092088.wordpress.com


À LA UNE
Nouvelles

Govray

Il s'est fait chair et Il a vécu parmi nous.
Dans un village de passage, je médite cette phrase. J'y suis encore, et pourtant, je n'y suis plus. L'esprit est un théâtre à l'abandon. Me... [+]

Nouvelles

Rencontre

Paris, novembre 1943.
Alors que la nuit gagne, un mort est pris de convulsions, quelque part, dans l'arrière-boutique miteuse d'un café. Il exhume, frénétiquement, une montagne d'abcès et de... [+]

Nouvelles

Nuit (4/4)

(ébauches)
Je sais, par l'observation, que l'énergumène est plus bavard les jours de pluie. J'en profite pour lui tirer les vers du nez :
‘' J'ai écouté tout ce que tu m'as dit... [+]

Nouvelles

Nuit (3/4)

(ébauches)
Une fois seulement, j'ai pu me tenir immobile derrière lui. J'aurais voulu passer ma main dans ses boucles. Et je me retenais d'un morbide moralisme. On ne passe pas la main dans un... [+]

Nouvelles

Nuit (2/4)

(ébauches)
Voici la fin : où est-il ? Je gratterai les murs. J'écorcherai le ciment avec mes ongles. J'ai des sons de Voix Lactée en moi. Tout est si dissipé, si vaste, et il est... [+]

Nouvelles

Nuit (1/4)

(ébauches)
Je veux que le petit Nazaréen me guide au firmament, au-delà de la boue et des cadavres putréfiés de la faculté René-Descartes. Il y chuinte des odeurs, il y fuse des mouches... [+]

Nouvelles

Alexandre

(ébauche)
Alexandre V..., dix-neuf ans, était de ces étudiants surdoués et gâtés par l'existence que l'absence de pallier à tout besoin rend maniaques, férus d'idées et de... [+]

Nouvelles

Foi et intellect

(ébauche de pensée)
Discrédit de l’homme pieux en ce qu’il accepte la transcendance et refuse d’affronter la réalité teintée d’absurde, autrement dit de se faire lucide.
La... [+]

Nouvelles

Proust et Céline

(ébauche de pensée)
Goethe disait que dans la vie de l’homme créateur, la biographie doit et peut compter jusque vers la 35e année. Après, ce n’est pas la vie, mais le résultat de sa... [+]

Très très courts

Cinquantième jour

Cinquante nuits que nous n’avons pas dormi ensemble. Cinquante nuits que je me retourne dans des draps froids comme la mort.
Comme tu vois, je recueille les derniers mots qui sont sortis de... [+]

Très très courts

Quarante-neuvième jour

Je dédie ces quelques mots aux jumeaux Victor et Julien, qui m’agitèrent leurs prises électriques sous le nez avec une ferveur sans égale.
J’ai visité cette nuit un palais fort... [+]

Très très courts

Quarante-huitième jour

Je n’ai plus d’ardeur. La source est tarie.
Voilà ce que c’est que d’abuser des offrandes de la pluie ! On érige des forêts, des temples, et l’on se retrouve instantanément... [+]