Image de Jean Calbrix

Jean Calbrix

Tout petit je rimais déjà, et un peu plus grand, je rimais pour mes petits béguins, mais j'ai attendu 2005 pour me mettre sérieusement à la prosodie classique afin de ne pas mourir idiot. L'immense poétesse Yvonne Lemeur-Rollet m'a transmis le traité de Guy Sorgel et je m'y suis mis dare-dare. Je ne compte plus mes sonnets, rondels, triolets, pantoums... et si vous insistez, je les coucherai ici !

53 036Lectures sur ses œuvres

Ses abonnés

Poèmes

Le fauteuil – Rimbaldise

C'est un large fauteuil – Louis quinze peut-être –
Il est là dans un coin avec des airs de veuf
Son beau reps jaunissant ... [+]

Finaliste - Public Grand Prix Hiver 2016 - Poèmes
Recommandé Par Short Édition
Poèmes

Perdu (triolet)

Je rame sur la mer, sans trêve.
Par delà l'horizon, les îles.
Dans ma coque de noix, je crève,
Je rame sur la ... [+]

Qualifié Grand Prix Automne 2015 - Poèmes
Poèmes

Xylocope

Ah ! qui dira l'angoisse aux noirceurs de vitrain
Du poète émotif devant la page blanche ?
L'idée est là, c'est ... [+]

Qualifié Grand Prix Eté 2015 - Poèmes
Nouvelles

Maman, il faut que tu reviennes !

Maman, il faut que tu reviennes !
Je ne sais pas ce que je fais dans cet hôpital. J'ai les jambes ankylosées et j'ai mal au crâne. Viens me chercher, maman. J'ai besoin de toi, j'ai ... [+]

Qualifié Grand Prix Eté 2015 - Très très courts
Poèmes

La nuit étoilée

Le village est blotti dans le creux des collines,
Titanesques corps bleus de monstres abattus.
Un troupeau de forêts broute ... [+]

Finaliste - Jury Grand Prix Printemps 2015 - Poèmes
Recommandé Par Short Édition