Image de Fabien Rogier

Fabien Rogier

j'écris depuis l'age de dix ans, maintenant à 42 ans j'ai "déicidé" qu'il fallait faire lire ma prose qui parfois frise avec le sombre de l'âme humaine et le cynisme de son corps... écriture à corps et à cris, j'hurle la bouche fermée afin que ma main écrive et griffe le papier et torture vos âmes de lecteurs. j'aime adjoindre le concept aux vers, il y a dans la poésie de la métaphysique pure.

œuvre
à la une
NOUVELLES 
 5 min 41 lectures 2
à Artaud







Pour commencer,
ce n'est pas avec des mots que l'on communique,
mais avec le corps.

Corps à coeur intérieur. Solliloque du corps avec ses ... [+]

TRÈS TRÈS COURTS
0   27 lectures
Du monachisme ou
pour l'amour de Dieu : mourrir vieux, seul et con.











Comme toujours à cette heure-là, qui restait indécise malgré ... [+]

TRÈS TRÈS COURTS
1   23 lectures
Il errait dans la rue remplies de décombres de gravats entassés çà et là. Il ressentait dans sa chair la putréfaction de son corps tout comme la rouille grignotait la ferraille du béton armé ... [+]

NOUVELLES
0   34 lectures
I

Je suis écrivain. Il est vrai que tout le monde peut prétendre et se dire écrivain. Mais celui-ci peut s’écrire en vingt mots, vainement avinés : pauvres écrits vins. En effet ... [+]

NOUVELLES
1   46 lectures
La pierre angulaire de ce projet repose sur l’amertume et l’angoissant étalement de soi au cours d’une cure psychanalytique et lors d'une énième crise d'angoisse de bipolarité. C'est en ... [+]

TRÈS TRÈS COURTS
0   25 lectures
La tour Eiffel a perdu la tête : plus de troisième étage. La foule se presse en bas au sol, sur la place du Trocadéro. Seul, un homme, âgé semble-t-il part dans la direction opposée de la ... [+]

TRÈS TRÈS COURTS
0   20 lectures
Tous les camarades sont réunis autour de moi. Ils chahutent à tout vent, ils pleurent, ils rient, ils s’aiment. Peu importe ils ne sont plus rien, et rien c’est encore trop. Moi je me shoote ... [+]

TRÈS TRÈS COURTS
18   453 lectures
La main est fourbe et fourbue, elle agite ses doigts massifs sur la pièce de l’échiquier : une dame en noir. La grande faucheuse ? On s’est habitué à sa présence, on a abandonné la... [+]

Qualifié
Grand Prix Eté 2015
POÈMES
1   20 lectures
C'est la ronde des senteurs des fleurs du mal
Elles vont et viennent au gré du vent
Et se ... [+]

POÈMES
1   22 lectures
(Ecrit sous Tercian)

Les désamours du bourreau
Se dessinent à l’encrier rouge sang ... [+]

POÈMES
1   23 lectures
Consistance de la concupiscence
Constance de la permanence
La verge tendue et ardente
La ... [+]

20 abonnés

Image de PhilshycatImage de RandolphImage de J.M CapuImage de Nadia LainéImage de DalmyImage de François DuvernoisImage de RocadeImage de EvinrudeImage de André GagliardiniImage de Eliot-NéoImage de HéliotropeImage de Punk'dtImage de Nicolas.tImage de Sane2Image de Gouilloume SuprêmeImage de Sylvain RogierImage de Chrisbarbier35Image de Monica FauconnetImage de Stéphane PratImage de Isatis35 Voir +
pour laisser un message à Fabien Rogier