Image de Benadel

Benadel

Vers l’âge de cinquante-six ans, ma plume trépigna d’impatience,elle désirait voir si nous deux, après entente et plus,enfanteraient en direct et en toutes circonstances un complément. Je la pris par la main et la promenai le long de mes pages, et en rebroussant souvent chemin. Le front en sueur, elle aperçut après des heures de marche le nouveau-né, la prose d’un écrivain que la vie avait malmené

Poèmes

Arrogance...

Arrogance, hideuse fragrance,
S'exhalant de maintes attitudes
Infestant des gens infortunés ;
Multipliant les... [+]

Poèmes

Ô béatitude insaisissable

Le bonheur coule de nos vicissitudes
Et inonde d’autres existences ;
Notre soif ne peut le retenir.
Il s’échappe comme... [+]

Poèmes

Au matin de la Saint-Valentin

Dans la plaine des peines solitaires,
L'amour plane au-dessus de mon cœur.
Les crins d'ébène de ta tête... [+]

Qualifié Prix Saint-Valentin 2018 - Poèmes
Poèmes

Le mépris

Le mépris est un dard
Perfide et insidieux
Sous divers étendards
Il s’avère odieux
Un regard méprisant
Enfonce en un... [+]

Poèmes

Le coeur

Au sein d’une mère,
Le cœur nouveau né
Rend déjà service.
Vigueurs éphémères,
Vous êtes damnées
Avant que... [+]

Poèmes

Coupées en morceaux

Coupées en morceau
entourées de maintes plantes
elles prennent goût

Qualifié Prix Haikus Automne 2017
Poèmes

S’étalant en rond

S’étalant en rond
idées pleines de douceurs
attendant Suzette

Qualifié Prix Haikus Automne 2017
Poèmes

Le menu fretin

Le menu fretin
s’est invité à la table
enivré de vin

Qualifié Prix Haikus Automne 2017